Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

cahier 1

Cahiers - Couverture Pilcox

Publié le

 

L'illustration de couverture des cahiers provient d’œuvres de Pilcox, dont quelques extraits sont affichés dans cette page. Son atelier se trouve à Tourtour (le village dans le ciel) dans le département du Var.

Il oriente ses recherches sur l'utilisation de matériaux originaux, sur la création naturelle, sur le fractal, il s'intéresse beaucoup à la texture, comme on peut le constater en regardant ses œuvres. Il fabrique également de petites sculptures à l'aide de matériaux de récupération.

Dans son atelier, une petite pièce  mystérieuse (un ancien moulin à huile) est habitée par une ambiance curieuse où la lumière se fait magicienne. Remplie de devinettes, elle plaît aux enfants et aux adultes qui apprécient encore le toucher merveilleux des atmosphères d'enfance.

Pour le contacter, il suffit de lui envoyer un courriel à l'adresse mail indiquée ci-dessous.

Activités
Peinture
Improvisation théâtrale (social et loisir)
Musique (batterie, etc.)

Mail
pilmardelle@gmail.com

Pilcox - Extrait de "ISSUE 20" (aérosols), illustration de couverture du cahier n° 1

Pilcox - Extrait de "ISSUE 20" (aérosols), illustration de couverture du cahier n° 1

Pilcox  - Extrait de "Éclosion saisonnière"

Pilcox - Extrait de "Éclosion saisonnière"

Pilcox - Détail T145107

Pilcox - Détail T145107

Pilcox  - Extrait de "Traverses", illustration de couverture du cahier n°2

Pilcox - Extrait de "Traverses", illustration de couverture du cahier n°2

Pilcox - Peinture "Structure 22"

Pilcox - Peinture "Structure 22"

Pilcox - détail peinture "Structure 22"

Pilcox - détail peinture "Structure 22"

Pilcox - détail T145200

Pilcox - détail T145200

Pilcox - La main (151645)

Pilcox - La main (151645)

Cahier 1 - Extraits

Publié le

Syénten – Cahier N°1
Interrogations suspendues
Enjamber la philosophie, épouser la sagesse

 

Extrait 1

 

L’instant

Ce chapitre examine la nature de l’instant d’un point de vue dualiste puis au moyen d’une enquête approfondie, le but étant de réduire les afflictions liées à la saisie des instants passés, de l’instant présent et des instants futurs.

Ce chapitre aborde les sujets suivants :

• Vue dualiste
• Enquête
• Qu’est-ce que l’instant ?
• Vivre dans l’instant,
• L’énigmatique continuité des instants,
• L’impossible saisie de l’instant présent,
• Le présent dans la méditation,
• La question de la durée de l’instant,
• Spéculations sur la durée de base de l’instant,
• La subjectivité de la notion d’instant,
• Confusions à propos du concept d’instant,
• Effets de l’examen du concept d’instant.

Vue dualiste
L’instant peut signifier une durée très brève, comme dans l’expression : « Je reviens dans un instant ». L’instant présent peut faire référence au laps de temps que l’on est en train de vivre, mais il arrive qu’il est considéré comme une frontière sans épaisseur entre le passé et le futur. L’instant intervient également dans l’expression « vivre dans l’instant » avec le sens de ne pas se préoccuper des soucis du passé et des craintes relatives à l’avenir.

Enquête
Cette enquête (Qu’est-ce que… à Effets…) aborde le concept d’instant dans une perspective de bien-être et de sagesse. L’objectif est que le terme « instant » ne puisse plus nous aliéner par son venin ou faire de nous son esclave.
La série de questionnements qui constitue cette enquête est destinée à montrer l’impossibilité pour l’esprit conceptuel d’appréhender pleinement la notion d’instant…

Qu’est-ce que l’instant ?
Nous ne savons pas ce qu’est un instant et pourtant il fait partie de notre vie. Il y a d’une part le sentiment du temps (le temps ressenti) et d’autre part le sentiment de l’instant, une espèce de segment de courte durée dans la ligne du temps. L’instant change toujours et ne peut être saisi. C’est un nom que l’on associe au plus petit changement de la manifestation (l’ensemble des apparences), cet « atome » de changement étant d’ailleurs très variable et très subjectif. Il est notre unité de perception des phénomènes dans le sens que lorsqu’un phénomène s’efface au profit d’un autre, il y a changement d’instant.

Vivre dans l’instant
L’expression « vivre dans l’instant ! » souvent véhiculée dans des « confidences » médiatiques, n’est pas aussi claire qu’elle n’y paraît. Ce slogan qui semble indiquer la possibilité de vivre autrement qu’en pensant aux soucis passés et aux craintes ou espoirs futurs, est souvent interprété comme une invitation à s’engager dans ses passions immédiatement, pour être sûr de les expérimenter avant  la mort, car il n’est pas du tout certain qu’on puisse le faire après, surtout qu’on ne sait rien de ce qui se passe en aval de la destruction du corps et qu’on se limite souvent à des croyances ou non croyances ornées d’arguments plus ou moins convaincants. Cette réaction extrême est plutôt le signe d’un désespoir, car il ne semble pas qu’il y ait un besoin urgent de s’exciter lorsqu’on est heureux.

Il y a cependant sur le « vivre dans l’instant » une autre opinion, plus paisible, qui consiste non pas à s’aveugler dans des bouillonnements capricieux, mais à s’impliquer, sans se disperser, dans la situation présente, quelle qu’elle soit. La méditation est également une façon de vivre dans l’instant, hors des préoccupations du passé et du futur, à la différence que dans le premier cas on se laisse distraire par les pensées, contrairement à la méditation où l’on exerce sa vigilance.
La volonté de revivre un instant, une rencontre, un événement, une grande joie du passé, peut entraîner des déceptions et des remords, et pourtant cet instant n’a plus aucune réalité.

L’énigmatique continuité des instants
Un instant s’efface au profit de l’instant suivant de façon régulière, sans entrer en conflit avec lui ni le détruire. Il y a une continuité entre les instants. Les instants se suivent, mais il est impossible de les isoler, de les distinguer. Soit les instants sont trop courts pour qu’on puisse les discerner individuellement, soit ils ne sont pas isolés les uns des autres, et ce serait la raison pour laquelle on ne voit pas leur frontière. On pourrait envisager que l’instant est très souple, qu’il  n’obéit pas à la logique commune, ou que le concept d’instant n’est pas pertinent. On peut également imaginer que les instants ne sont que des « éclairs », et que leur apparente continuité est assurée par une sorte d’intégration (au sens mathématique du terme) au niveau conceptuel.

L’impossibilité de saisir l’instant présent
Bien que nous sachions que l’instant présent est là, puisqu’on y est et qu’on ne peut en sortir, il est impossible de le saisir puisque dans le meilleur des cas on pointe l’instant qui vient juste de passer.
Lorsqu’on cherche l’instant présent, on ne le trouve pas. On peut se souvenir du dernier instant passé mais non de l’instant présent. L’examen de la manière dont on le cherche révèle une dualité entre le chercheur et l’objet de recherche. Or l’instant n’étant pas un objet, ce type de recherche n’est pas valide. Par contre, si on abandonne cette dualité, si on lâche prise, on peut considérer que l’on est dans l’instant présent. Lorsqu’on demeure dans l’instant présent sans être perturbé par une pensée, on n’a pas l’impression d’être dans un temps, d’être assujetti à une durée. C’est tout à fait autre chose. C’est comme si le temps s’était transformé en un espace sans contrainte. On ne sait pas ce qu’est devenu l’instant.
On est toujours dans l’instant présent sauf lorsqu’on essaie de le saisir, puisque alors on saisit le concept de l’instant présent (un objet mental) et non l’instant réel.

 

Extrait 2

 

Moment 3

Lâcher prise… Se détendre… Demeurer…
Seulement demeurer… habiter dans l’ici maintenant…
En cet instant de parfaite villégiature avec le présent,
Le passé n’existe plus… Les souvenirs ne règnent plus…
Notre identité sociale, la famille, les proches, les amis…
Même nos ennemis les plus âpres…
Tout disparaît de notre mental
Dans la transparence immune de l’instant…

Nos problèmes ont également disparu,
Qu’ils soient familiaux, professionnels ou autres.
Ce ne sont que des jeux de phénomènes,
Éphémères émanations de l’interdépendance…
Illusion de juger les illusions.
Jugements et illusions cachent la lumière sans naissance…
Nous n’avons nul besoin de ces rouages obscurs
En cet instant qui s’ouvre, au bord du large…

Ce n’est pas le moment de peaufiner des programmes,
De se flétrir dans les incertitudes du lendemain.
Tous les soucis et préoccupations liés à l’avenir
Sont piètres oripeaux d’une terre illusoire…
Le futur n’est pas encore… Est-il réel en cet instant ?
Y-a-t-il un futur, ici et maintenant ?

(…)

Cahier 1 - Introduction

Publié le

Syénten – Cahier N°1
Interrogations suspendues
Enjamber la philosophie, épouser la sagesse

Dans la recherche d’un bien-être qui ne soit plus à la merci des situations, il arrive un moment où il devient nécessaire de dépasser nos opinions philosophiques. L’impasse devant laquelle nous nous trouvons nous oblige à nous engager dans une intériorité directe, par delà les mécanismes conceptuels.Ce cahier de réflexions s’adresse aux personnes en quête de bien-être dans la vie de tous les jours, ainsi qu’à celles qui souhaitent une transformation plus profonde, par la compréhension et la connaissance, capable de conduire à une vie libre d’illusions. Il convient également à celles que la dépendance ou l’agitation intellectuelles empêche de s’engager directement dans la fluidité lumineuse de la méditation.Le travail sur nos opinions et nos croyances, indispensable dans une voie de sagesse, s’avère également précieux lorsque les éléments extérieurs qui participent à leur fabrication incluent bon nombre de manipulations et de mensonges.

Pour rester libre, il est nécessaire d’être vigilant et de prendre du recul par rapport aux diverses propagandes. La manipulation puise son efficacité dans une utilisation perverse des concepts, et une liberté par rapport à leur emprise est un atout pour conserver une indépendance d’esprit. Puisse ce cahier apporter une aide même modeste pour passer du mode « croyance » au mode « discernement » et permettre ainsi de devenir davantage ce que nous sommes plutôt que de nous soumettre à ce que l’on nous contraint d’être. Il permet à chacun de trouver un point de repère au-delà des tricotages intellectuels et de l’instillation de peurs. La méthode utilisée dans ce cahier consiste simplement à supprimer le venin des concepts.

Cependant, ce serait une erreur de penser que nous interrogeons ici la politique ou le social quand le véritable enjeu est l’intériorité, la vie du dedans, cet élan indicible nous poussant à dépasser les contingences artificielles qui nous happent de l’extérieur pour s’asseoir un moment sur un coussin de transparence, de lumière et de bienveillance. Le monde est ce qu’il est, c’est l’environnement d’aujourd’hui, un ensemble de contraintes qui, si elles sont traitées intérieurement avec en point de mire la sagesse, peuvent nous libérer de nos afflictions, illusions et souffrances. L’objectif est de pouvoir utiliser les concepts dans la vie quotidienne sans être contaminé par son venin ni devenir son esclave.

Au lieu de traiter uniquement le bien-être temporaire, ces pages proposent une préparation compatible avec les entraînements qui mènent au bien-être durable, et pour ce faire tirent profit de méthodes de transformation d’une école de sagesse très ancienne.

Ce cahier est un plaidoyer pour un dépassement de notre philosophie personnelle, de cette croyance qu’une connaissance profonde, universelle et transformatrice pourrait découler d’un jeu de concepts. Dans les sociétés modernes soumises à la logorrhée cacophonique des opinions, il manque souvent la prescience qu’il puisse exister quelque chose de plus profond, de plus signifiant et de plus fertile que des bavardages intellectuels pour se connaître et connaître sa relation au monde. Les opinions, même les plus futées, ne permettent pas d’atteindre la sagesse.

En déconstruisant les illusions, ce cahier essaie de placer le lecteur en ce moment privilégié où ses certitudes, en perdant un peu de leur solidité et de leur arrogance, laissent un champ libre pour aborder la perception beaucoup plus vaste dissimulée au-dessus des savoirs.

Plus que de l’intelligence, la lecture de ce texte demande une grande honnêteté vis-à-vis de soi-même. Les thèmes abordés sont le karma, l’illusion, les concepts, le moi, la réalité, l’auteur, la société, la liberté, le temps, l’espace, les pensées, la raison, les afflictions, le corps, les phénomènes extérieurs, l’instant… Les chapitres d’investigation analytique alternent avec des lectures paisibles (Moment naissant au bord du large) qui permettent d’atteindre un état spacieux de calme, de clarté et de lumière, c’est-à-dire de placer son esprit dans les conditions favorables à un travail plus profond et libérateur.

Cahier 1 - Présentation

Publié le

Syénten – Cahier N°1
Interrogations suspendues
Enjamber la philosophie, épouser la sagesse

Cahier n°1 Interrogarions suspendues - couverture

Ce cahier intitulé « Interrogations suspendues » a été écrit dans une perspective de bien-être et de sagesse. Syénten y examine les limites de la philosophie dans la recherche de la sagesse, et la nécessité de dépasser les concepts. Le terme de philosophie se réfère ici à la philosophie de chacun, à nos opinions, certitudes, analyses, croyances argumentées ou non, en résumé à l’édifice conceptuel que l’on s’est constitué pour atteindre le sentiment de comprendre sa vie, ou du moins d’en savoir assez pour ne pas approfondir.

Cette recherche intérieure peut être utile dans la vie quotidienne. Quand les influences deviennent chaotiques et qu’il est difficile de savoir où est la vérité, la méthode qui évite la manipulation comporte deux volets : l’un extérieur qui consiste à regarder les faits, à rechercher les sources et les motivations des informateurs, etc. et l’autre intérieur, souvent oublié, qui permet de garder une ouverture au monde à l’abri des perturbations du mental. C’est cet aspect intérieur que ce cahier développe en indiquant un moyen de passer du mode « croyance » à celui de « discernement », afin de rester libre face aux influenceurs de tous bords.

 

Table des matières

Introduction
Sommaire
L’idée du cahier
Conseils de lecture
Investigations
Le karma
Méprise, illusion et croyance
Les concepts
Le moi    
La réalité
L’auteur
Le groupe    
La liberté
Le temps

L’instant    
L’espace
Les pensées
Les limites de la raison    
Les afflictions
Le corps
Les phénomènes extérieurs    
Lexique
Sources   

(Pauses méditatives)
Moment naissant au bord du large
Moments 2 à 16